Tout comprendre sur la nouvelle infection à Monkeypox

  • 22
    likes
  • Actualités
variole-singe
A +
A -

Très récemment, il a été décrit en Europe une maladie infectieuse virale dénommée Monkeypox (ou variole du singe). Elle est transmise à l'Homme par les animaux, principalement les rongeurs et connue en Afrique depuis une trentaine d’année. La description de cas non importés (autochtones) a déclenché une surveillance sanitaire renforcée, bien que le nombre de cas reste très faible (une vingtaine en France à fin mai 2022).

Quels sont les signes de l’infection Monkeypox ?

On observe chez les personnes infectées une fièvre accompagnée d’une éruption cutanée généralisée. Le patient ressent une grande fatigue, des maux de tête, des douleurs musculaires et un gonflement au niveau des ganglions.

Les lésions cutanées provoquent des démangeaisons et passent par plusieurs stades : macules, papules, vésicules, pustules puis croûtes. Quand les croûtes tombent, la personne n’est plus contagieuse.

L’infection guérit spontanément en 2 à 3 semaines.

Comment l’attrape-t-on ?

Le Monkeypox est un virus fragile nécessitant un contact prolongé. Le virus se transmet surtout par les gouttelettes respiratoires (paroles en face à face, baiser). La contamination par voie sexuelle, ou par les lésions cutanées des sujets infectés est également possible.

La transmission par morsure ou griffure de rongeurs est observée en Afrique, mais n’a pas été décrite en Europe.

Comment savoir si on est infecté ?

Pour cette infection, Les laboratoires de ville ne sont pas habilités à effectuer les tests de diagnostic, qui sont réservés aux centres de référence.

Les professionnels de santé de ville qui suspectent un cas doivent contacter le SAMU/Centre 15 pour vérifier si la personne est éligible à un transport sanitaire vers un centre de référence.

Que dois-je faire si je pense être infecté à Monkeypox ?

Cette infection occasionne une fièvre accompagnée d’une éruption généralisée. Si vous pensez avoir été en contact rapproché et prolongé avec une personne infectée, il est nécessaire de vous rendre dans un hôpital (en évitant les transports en commun) ou appeler le 15. Les laboratoires de ville ne sont pas autorisés à effectuer les prélèvements.

Y a-t-il un traitement ?

L’infection guérit spontanément sans séquelles dans l’immense majorité des cas.

Il y a un risque de formes plus graves chez le très jeune enfant avant 2 ans, les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées, pour lesquels un traitement est disponible.

Pour les personnes qui ont été en contact avec un cas confirmé de Monkeypox, une vaccination antivariolique (protectrice) est proposée.

Les personnes qui sont nées avant 1977, et qui donc ont été vaccinées contre la variole, sont protégées.

 

Vous aimerez aussi !