Maladie de Lyme : symptômes, dépistage et traitement

  • 8156
    likes
  • 5 minutes
  • Infectiologie
maladie de lyme cerballiance
A +
A -

Les différentes phases de la maladie de Lyme

La maladie de Lyme est une maladie infectieuse liée à une bactérie présente dans la salive de la tique et transmise lors de la morsure de celle-ci.
Vectrice de la maladie, la tique appelée Ixodes ricinus infecte l’Homme lorsqu’elle effectue un repas sanguin. Elle lui transmet alors la bactérie spiralée, de la famille des Borreleliaceae, du genre Borreliella : Borreliella burgdorferi (associée plutôt à des manifestations articulaires), Borreliella garinii (associée plutôt à des manifestations neurologiques) et Borreliella afzelli (associée plutôt à des manifestations cutanées) considérées comme pathogènes. Mais attention, toutes les tiques ne sont pas porteuses de la bactérie. Une morsure de tique ne signifie donc pas obligatoirement que vous allez attraper la maladie.

La borreliose de Lyme ou maladie de Lyme évolue en plusieurs phases : phase primaire, secondaire et tertiaire, caractérisées par des signes cliniques différents en fonction du stade de la maladie.

En France la maladie de Lyme est la plus fréquente des affections humaines liées aux tiques. Dans le monde, elle est retrouvée en deux principaux foyers : les zones tempérées d’Europe ainsi que l’Amérique du Nord.

La maladie de Lyme : qu'est-ce que c'est ?

La maladie de Lyme est la maladie infectieuse liée à l’infection par cette bactérie contractée suite à la piqûre de tique infectée.

Elle porte le nom d’une petite ville des Etats Unis d’Amérique, « Old Lyme », où une épidémie de cette maladie, encore mal identifiée à l’époque, avait eu lieu en 1972.

Quel est le mode de transmission de la maladie de Lyme ?

La transmission de la bactérie responsable de la maladie de Lyme est liée à la piqûre de la tique, infectée par la bactérie d’espèce différente en fonction de la région du globe où a eu lieu la piqûre.

En France l’espèce de tique qui habrite la bactérie reponsable de la maladie s’appelle Ixodes ricinus, espèce très présente dans les zones boisées, et humide. Ainsi, il est très peu probable de s’infecter dans une région très sèche et non boisée. A l’interrogatoire, la connaissance de la répartition géographique des tiques est importante pour établir le diagnostic.

Cette tique présente un cycle en trois phases dont chaque stade (larve, nymphe et adulte) est susceptible de transmettre la maladie. La transmission s’effectue du printemps à l’automne avec un pic estival qui correspond au pic d’activité du vecteur.

Le transfert de la bactérie de la tique vers son hôte nécessite 24 à 36 heures d’attachement. Cela souligne l’intérêt d’une suppression rapide et totale du parasite à l’aide d’un tire-tique.

Quels sont les symptômes de la maladie de Lyme ?

C’est une maladie qui évolue par phases successives : primaire, secondaire et tertiaire.

La phase primaire : apparait 3 à 30 jours après la piqûre de la tique, au cours de laquelle peut apparaître un Erythème migrant (EM).

Cet érythème est souvent retrouvé sur les membres inférieurs et se présente sous forme d’une tache rouge, qui s’étend progressivement en cocarde autour d’un centre qui peut être clair, siège de la multiplication de la bactérie spirochète dans la peau. Cette lésion est typique de la maladie de Lyme. Elle est retrouvée chez 70 à 80% des patients. Chez 75% des enfants, cet EM est retrouvé au niveau de la tête et chez les adultes, plutôt au niveau des membres inférieurs (50% des cas).

La phase secondaire : intervient une à plusieurs semaines après la piqûre de tique. Elle correspond à la dissémination de la bactérie dans le corps par voie sanguine quand l’EM est passé inaperçu.

 Après s’être multipliée dans la peau et les ganglions contigus, la bactérie migre en suivant le système sanguin et atteint alors de nombreux organes (système nerveux, cœur, articulations etc.).

Les symptômes neurologiques (paralysies) sont plus fréquents en Europe alors que les symptômes articulaires (arthrites) sont plus fréquents aux Etats Unis. Il peut aussi être observé des lésions multiples d’EM.

La phase tertiaire : correspond à des manifestions chroniques de symptômes cutanés, articulaires et neurologiques. Atrophie cutanée, arthrite chronique et encéphalomyélite chronique.

En résumé

Stade Primaire :

  • Erythème Chronique Migrant (ECM)

Stade secondaire :

  • Erythèmes migrants multiples
  • Méningo-myéloradiculonévrite lymphocytaire
  • Arthrite ou arthralgie
  • Myocardite
  • Paralysie faciale

Stade tertiaire :

  • Acrodermatite chronique atrophiante
  • Encéphalomyélite progressive
  • Monoarthrite de Lyme

Comment effectue-t-on le diagnostic de la maladie de Lyme ?

Le diagnostic de la maladie de Lyme s’effectue grâce à une triade d’éléments. Le plus important de ces éléments est l’étude des symptômes par le médecin qui vous examinera. Les deux autres éléments sont la biologie (sérologie) et la situation géographique dans lequel vous évoluez ou avez évolué.

Le diagnostic biologique est complètement inutile au stade primaire de la maladie : seuls les symptômes et la localisation géographique doivent être considérés au stade de l’EM.

Le diagnostic biologique, lui, repose essentiellement sur le sérodiagnostic. Celui-ci consiste à rechercher des anticorps spécifiquement dirigés contre les bactéries du genrBorreliella. Ce diagnostic sérologique s’effectue en deux phases : une phase de dépistage qui, si elle est positive, est suivie d’une phase de confirmation.

La phase de dépistage permet de mettre en évidence la présence d’IgM et/ou d’IgG. Les IgM correspondent aux anticorps qui apparaissent le plus précocement lors de l’infection, environ 1 semaine après l’apparition de l’EM. Leur taux augmente jusqu’à atteindre un maximum au bout de 3 à 4 semaines puis décroit progressivement. Les IgG, anticorps tardifs apparaissent 3 à 4 mois après l’EM.

Si une positivité d’un de ces types d’anticorps est retrouvée, une confirmation par immunoblot est réalisée. Elle repose sur la mise en évidence d’une réactivité des anticorps détectés vis-à-vis de protéines bactériennes. Pour les IgG une réaction de plusieurs protéines est nécessaire afin de déclarer la positivité. Cette phase de confirmation est l’étape qui permet d’éliminer les faux positifs de la technique sérologique.

Dans tous les cas, une sérologie négative ne peut éliminer une suspicion clinique de maladie de Lyme (notamment au moment de la phase de l’EM où la sensibilité du test sérologique est faible).

Le diagnostic biologique est inutile dans les cas suivants :

  • Erytheme migrant
  • Piqure de tique sans signes cliniques
  • Symptômes non spécifiques isolés (fatigue, douleurs articulaires diffuses, myalgies)
  • Patients asymptomatiques
  • Contrôle après traitement antibiotique.

Maladie de Lyme : quel est le traitement ?

La maladie de Lyme est une maladie infectieuse bactérienne. Son traitement repose sur la prescription par votre médecin d’un antibiotique adapté. Le but de ce traitement, qui doit être le plus précoce possible, est d’empêcher le passage aux stades tardifs de la maladie et d’éliminer rapidement la bactérie.

Cette prescription s’effectue au cours d’une consultation qui reprend tous les éléments diagnostiques précédemment cités.

Quels sont les moyens de prévention pour lutter contre la maladie de Lyme ?

La meilleure des préventions contre la maladie de Lyme consiste à se protéger des piqûres de tiques.

Lors de balades dans des zones boisées et humides ou des hautes herbes, habillez-vous avec des vêtements couvrants et de couleurs claires.

Dans l’éventualité où vous auriez été piqués, retirez le plus rapidement possible la tique à l’aide d’un tire-tique disponible en pharmacie qui permet une meilleure élimination de la tique dans son ensemble (avec le rostre). Effectuer ensuite une désinfection locale avec un antiseptique, et une surveillance anatomique de la piqure devra ensuite être réalisée pendant 4 semaines.

Le traitement antibiotique systématique n’est pas recommandé par les instances sanitaires en cas de piqûre, et une évaluation au cas par cas doit être envisagée. En effet, selon les études, seule une extrême minorité de patient développeront des manifestations cliniques de la maladie de Lyme suite à une piqure de tique.

 

Références bibliographiques :

https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2018-06/reco266_rbp_borreliose_de_lyme_cd_2018_06_13__recommandations.pdf

invs.santepubliquefrance.fr/Publications-et-outils/BEH.../BEH-n-19-20-2018

www.chru-strasbourg.fr/Les-centres-de-reference/Borrelia

https://ecdc.europa.eu/en/borreliosis

 

Vous souhaitez réaliser un diagnostic d'exposition aux perturbateurs endocriniens ?

Rendez-vous dans un de nos laboratoires Cerballiance proposant des bilans d'exposition aux perturbateurs endocriniens.

Cerballiance, c'est près de 700 laboratoires d'analyses médicales présents dans toute la France.

laboratoires analyses médicales cerballiance Trouver un laboratoire Cerballiance
Vous aimerez aussi !