Paludisme

  • 626
    likes
  • 6 minutes
  • Actualités
A +
A -

Introduction

La Journée mondiale de lutte contre le paludisme le 25 avril est l'occasion de rappeler que le paludisme est toujours une pandémie meurtrière. Elle touche majoritairement les pays tropicaux, mais existe aussi en France. Pour l’année 2021, un total de 2 185 cas de paludisme a été déclaré au Centre national de référence du Paludisme.

Qu’est-ce que le paludisme ?

  • Le paludisme est une infection sanguine causée par des parasites microscopiques appelés Plasmodium ou hématozoaires
  • Ces parasites sont transmis par des piqûres de moustiques (ou anophèles) femelles infectées par ces parasites.
  • Il s’agit d’une maladie évitable et dont on peut guérir.

Épidémiologie du paludisme (source Organisation mondiale de la Santé- OMS)

En 2021, le nombre de cas de paludisme dans le monde est estimé à 247 millions, dont 619 000 décès.

Le continent africain supporte une part importante et disproportionnée de la charge mondiale du paludisme : plus de la moitié de tous les décès liés au paludisme dans le monde étaient enregistrés dans quatre pays africains : le Nigéria, la République démocratique du Congo, la Tanzanie et le Niger.

Diagnostic du paludisme

Les premiers symptômes – fièvre, maux de tête et frissons – apparaissent généralement 10 à 15 jours après la piqûre de moustique et peuvent être parfois difficiles à reconnaître car non spécifiques. En l’absence d’un traitement, le paludisme à P. falciparum peut évoluer vers une affection grave, voire mortelle.

L’OMS recommande que, chez tous les cas présumés, le paludisme soit confirmé par un diagnostic basé sur des tests de laboratoires. Les laboratoires Cerballiance disposent de tests rapides, validés permettant de faire le diagnostic de paludisme dans la demi-journée sur une simple prise de sang.

Il est essentiel de penser au paludisme devant toute fièvre survenant dans les jours après le retour en France d’une région impaludée, même si la prophylaxie médicamenteuse a été réalisée.

Les formes graves de Paludisme

Deux de cinq espèces de Plasmodium responsables du paludisme humain sont particulièrement dangereux : P. falciparum, le parasite provoquant le plus de décès qui est aussi le plus répandu sur le continent africain, et P. vivax, l’espèce dominante dans la plupart des pays en dehors de l’Afrique subsaharienne.

Prise en charge des cas de paludisme

Lorsque les mesures de prévention n’ont pas été appliquées, les personnes peuvent s’infecter et les symptômes peuvent être graves voire mortels.

Le diagnostic et le traitement précoces du paludisme réduisent la morbidité et préviennent la mortalité palustre et ils contribuent aussi à réduire la transmission.

La protection contre les piqures de moustiques vecteurs du paludisme

La lutte contre les moustiques est une composante essentielle des stratégies visant à combattre et éliminer le paludisme, car elle s’avère extrêmement efficace pour prévenir l’infection et réduire la transmission :

  • Utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticide pour lit, berceau ou poussette, selon l’âge
  • Moustiquaires grillagées aux fenêtres et aux portes
  • Répulsifs cutanés sur les parties du corps non couvertes, en complément du port de vêtements amples, couvrants et légers
  • Diffuseur électrique d’insecticide (à l’intérieur)
  • Raquettes électriques
  • Pulvérisation intra-domiciliaire de « bombes » insecticides (disponibles dans le commerce)
  • Climatisation
  • Ventilation
  • Serpentin fumigène (extérieur)

Conseil aux voyageurs

La prévention médicamenteuse du paludisme dépend du pays de destination.

Les pays sans risque de paludisme : les pays situés en dehors des zones tropicales et subtropicales sont habituellement exempts de risque de paludisme. Une prévention médicamenteuse n’est pas nécessaire.

Les pays à risque de transmission du paludisme.

Les notions de forte ou faible transmission, ainsi que les notions de risque faible ou élevé pour le voyageur sont fondées sur les rapports de l’OMS. Au sein d’un pays, il peut y avoir des zones à risque, et des zones sans paludisme (exemple : la Thaïlande où il existe un risque localisé toute l’année aux zones rurales forestières frontalières avec le Myanmar, le Cambodge et le Laos, et une absence de risque dans les villes)

En fonction du risque de paludisme dans la zone, les voyageurs internationaux doivent prendre un traitement préventif (chimioprophylaxie) avant, pendant et surtout après leur voyage. Il est essentiel de ne pas arrêter la prise de médicament immédiatement au retour en France car des parasites peuvent être encore présents en cours d’incubation.

Avant de se rendre dans des pays ou des régions d’endémie palustre, les voyageurs doivent consulter leur médecin traitant, ou un centre de conseils aux voyageurs, pour obtenir des informations actualisées.

Vous souhaitez réaliser un test rapide ?

Rendez-vous dans l'un de nos laboratoires d'analyses médicales Cerballiance.

Cerballiance, c'est près de 700 laboratoires présents dans toute la France.

laboratoires analyses médicales cerballiance Trouver un laboratoire
Vous aimerez aussi !