Maladie de Lyme

lyme tique

Propices aux activités en plein air, aux balades pédestres… les beaux jours reviennent, mais gare aux tiques !

Vecteur de la maladie de Lyme, Ixodes ricinus peut à l’occasion d’une simple piqûre transmettre la bactérie responsable de l’infection : Borrelia burgdorferi sensu lato. Heureusement, toutes les tiques ne transmettent pas l’infection et une piqûre peut rester sans conséquence.

Il convient cependant d’observer quelques mesures de prévention simples permettant d’éviter les piqûres : port de vêtements longs, les chaussettes glissées par-dessus les bas de pantalons, l’utilisation  de chaussures fermées… Se munir d’un tire-tique peut également s’avérer utile. Enfin, les répulsifs pour tiques, vendus en pharmacie, sont aussi de bons moyens de se prémunir des piqûres.

Au retour d’une randonnée, d’une sortie dans les bois… il est recommandé d’examiner tout le corps à la recherche d’une éventuelle tique, et de renouveler l’opération le lendemain. Cette dernière ayant une affection particulière pour les zones où la peau est fine (aisselles, plis du genou, conduit auditif…).

En cas de piqûres, le principal signe clinique à rechercher est un érythème migrant. C’est une rougeur au point de piqûre qui diffuse du centre vers l’extérieur évoquant l’aspect d’une cocarde atteignant jusqu’à 5cm de diamètre. Il apparait entre 3 et 30 jours après la piqûre mais peut ne pas être présent. Ce signe cutané peut parfois s’accompagner de signes cliniques non spécifiques comme des douleurs musculaires, une fatigue, une fièvre inexpliquée…

Dans ce cas, il est nécessaire de consulter son médecin traitant qui prescrira un traitement antibiotique adapté. Plus vite ce dernier est démarré, plus il sera efficace.

Une infection non traitée peut se compliquer d’autres symptômes des mois voire des années plus tard après la morsure.

 

Plus d’informations sur notre thématique : Maladie de Lyme.