Créatininémie

La créatinine est un déchet de l’organisme qui provient de la dégradation de la créatine musculaire. Elle est éliminée dans les urines par filtration au niveau des reins. Lorsque la capacité des reins à éliminer les déchets diminue, la quantité de créatinine augmente dans le sang. Son dosage dans le sang dépend donc de la fonction rénale mais aussi de la masse musculaire.

Pour le dépistage, le diagnostic ou le suivi de la maladie rénale, un dosage de créatinine sanguine est indispensable. Pour s’affranchir des variations liées à la masse musculaire, un calcul de la clairance est ensuite effectué à partir du résultat du dosage de la créatinine, du sexe, de l’âge, de l'ethnie et du poids du patient. Un résultat de clairance inférieur à 60 mL/min est le signe d’une insuffisance rénale.

Le dosage de la créatinine et le calcul de la clairance sont indispensables au dépistage de la maladie rénale qui évolue le plus souvent de façon silencieuse jusqu’à un stade avancé.

La créatinine : qu'est ce que c'est ?

La créatinine est un déchet provenant de la dégradation d’une substance présente dans les muscles et jouant un rôle dans la contraction musculaire : la créatine. La libération de créatinine dans le sang augmente donc lorsque la masse ou l'activité musculaire augmentent.

La créatinine est ensuite éliminée dans les urines par filtration au niveau des reins.

Dans certains cas, la capacité des reins à éliminer les déchets tels que la créatinine peut diminuer : on parle d’insuffisance rénale. Les déchets s’accumulent alors dans le sang et le résultat du dosage de la créatinine augmente. La quantité de créatinine dans le sang reflète donc la capacité des reins à éliminer les déchets, mais dépend aussi de la masse musculaire.

Pourquoi une clairance de la créatinine ?

Afin de s’affranchir des variations du taux de créatinine liées à la masse musculaire, différentes formules de calcul ont été mises au point pour déterminer le débit de filtration glomérulaire ou clairance de la créatinine, c’est-à-dire la capacité des reins à filtrer les déchets de l’organisme par unité de temps.

Trois formules peuvent être utilisées : Cockcroft et Gault, MDRD et CKD EPI. Elles tiennent compte de l’âge, du sexe, de l'ethnie, de la technique de dosage employée et, pour la formule de Cockcroft et Gault, du poids du patient. Les formules MDRD et CKD EPI sont actuellement recommandées car elles sont plus performantes, notamment pour les personnes âgées.

Plus la créatinine augmente, plus la clairance diminue. Une clairance basse signifie que les reins ne fonctionnent pas correctement : on parle d’insuffisance rénale modérée en-dessous de 60 mL/min et d’insuffisance rénale sévère en-dessous de 30mL/min.

Il faut savoir que nous perdons physiologiquement 1% de fonction rénale par an à partir de 40 ans, soit environ 1 mL/min de volume filtré.

Quand faire le dosage de la créatinine ?

Le dosage de la créatinine avec calcul de la clairance permet de faire le dépistage de l’insuffisance rénale. Ce dosage est très utile car les malades ne présentent le plus souvent aucun symptôme, sauf quand la maladie est déjà très avancée. La maladie rénale ne provoque pas de douleur. Elle peut parfois se révéler par des œdèmes ou de l’hypertension artérielle.

En dépistage, le dosage de la créatinine est en général associé à la recherche d’albuminurie (recherche de protéines dans les urines), qui est un autre marqueur d’atteinte rénale.

Avant de réaliser certains examens de radiologie nécessitant l’utilisation de produits de contraste iodés éliminés par les reins, un dosage de créatinine doit être réalisé. En effet, ces produits doivent être utilisés avec précaution en cas d’insuffisance rénale.

Le dosage de créatinine est aussi recommandé pour adapter la posologie de certains médicaments fortement éliminés par les reins.

A quoi servent mes reins ?

En situation normale, chaque personne possède 2 reins, constitués chacun d’environ un million d’unités fonctionnelles, les néphrons. Les néphrons ont plusieurs rôles importants dans l’organisme.

La fonction la mieux connue est l’élimination des déchets et toxines présents dans le sang, en les concentrant pour aboutir à la formation d’urine.

Mais les reins sont également à l’origine de la sécrétion d’hormones :

  • l’EPO qui sert à stimuler la régénération des globules rouges ;
  • la vitamine D qui sert à la minéralisation osseuse ;
  • la rénine qui sert à la régulation de la pression artérielle.

Lorsqu’un certain nombre de néphrons ne fonctionnent plus, ces rôles ne sont plus assurées de façon optimale : on parle d’insuffisance rénale ou de maladie rénale.

Que faire en cas d'insuffisance rénale ?

Il n’existe à ce jour aucun traitement pour guérir de la maladie rénale. Par contre, lorsque le diagnostic d’insuffisance rénale chronique a été posé, certaines mesures de prévention permettent de limiter sa progression, d'où l'intérêt de la découvrir le plus tôt possible.

 

Suivre les conseils diététiques :

Il est conseillé de limiter la consommation en protéines à une portion de viande, de poisson ou d’œufs par jour (environ : 0,8 mg de protéines/kg/jour).

Limiter la consommation en sel permet de diminuer la pression sur le filtre des reins et d’éviter leur altération. Il est conseillé de ne pas consommer plus de 6g de sel par jour (et de le remplacer par des aromates et épices).

Certains patients doivent également suivre leur consommation en potassium et/ou phosphore.

La consommation d'eau doit être adaptée à la soif (environ 1,5L d'eau par jour).

 

Prendre ses médicaments :

Le médecin généraliste ou le néphrologue prescrit des médicaments afin de diminuer la tension artérielle et de diminuer la protéinurie (quantité de protéines dans les urines).

Ces médicaments doivent permettre d’obtenir une tension en-dessous de 140/90. Si besoin, le médecin peut recommander d'effectuer des mesures régulières de la tension et de noter les valeurs obtenues dans un carnet de suivi.

 

Pratiquer une activité physique régulière

 

Arrêter de fumer :

Le tabac est reconnu comme facteur aggravant.

 

Faire régulièrement ses prises de sang :

Les prises de sang permettent de faire le suivi de la maladie et d’adapter si nécessaire le traitement médicamenteux et les conseils diététiques.

Le bilan sanguin comprend en général :

- Le dosage de la créatinine et l'évaluation de sa clairance ;

- Le dosage de l'albuminurie ou microalbuminurie ;

- Le dosage du potassium ;

- La numération formule sanguine (à la recherche d’une anémie) ;

- Le dosage du calcium, du phosphore et de la vitamine D (bilan osseux).

La prise de sang est souvent associée à des dosages effectués sur les urines recueillies pendant 24h.

 

Consulter régulièrement son médecin traitant ou son néphrologue :

Même si vous ne ressentez aucun symptômes, ces consultations sont indispensables pour faire le suivi de votre maladie rénale : prendre la tension artérielle, vérifier les bilans sanguins, adapter si nécessaire les médicaments.

Un suivi régulier permet de ralentir la progression de la maladie.

 

Informer les professionnels de santé :

Il faut penser à informer le pharmacien et les professionnels de santé de votre maladie rénale. En effet, certains médicaments sont contre-indiqués en cas d'insuffisance rénale (par exemple, les anti-inflammatoires non stéroïdiens, tels que l’ibuprofène, qui peuvent être délivrés sans ordonnance). L’utilisation de produits de contraste iodés, lors de certains examens de radiologie, peut aussi être contre-indiquée.