Le virus ZIKA : qu'est-ce que c'est ?

L’épidémie provoquée par le virus Zika se poursuit en Guyane et dans les Antilles. La tendance est même à l’augmentation en Guadeloupe. Revenons en détail sur ce virus transmis par certains moustiques.

Le virus Zika est un virus transmis par des moustiques du genre Aedes. Ce virus a été identifié pour la première fois en Afrique en 1947 chez des singes puis en 1952 chez l’homme. Le virus s’est alors disséminé au niveau mondial. Des épidémies ont ainsi été décrites en Afrique, en Asie et plus récemment dans le Pacifique (2013) et en Amérique du Sud (2014). Depuis décembre 2015, des cas sont rapportés dans les Antilles françaises (Martinique, Guadeloupe, Saint Martin) et en Guyane.

Le virus Zika se transmet à l’homme par la piqûre d’un moustique infecté. Il s’agit des mêmes moustiques que ceux pouvant transmettre la Dengue ou le Chikungunya. La contamination par voie sexuelle a été confirmée, le virus se retrouvant dans le sperme.

La durée d’incubation est courte, seulement quelques jours. Les premiers symptômes sont la fièvre, des éruptions cutanées, de la conjonctivite, des douleurs musculaires et articulaires, une fatigue et des maux de tête. Ces symptômes sont de forme et d’intensité variables. La plupart du temps ils disparaissent en quelques jours et la maladie évolue favorablement.

Cependant, dans de très rares cas, des complications neurologiques peuvent apparaître, notamment de type Guillain Barré. Il s’agit d’une atteinte des nerfs associée à une faiblesse musculaires voire à une paralysie progressive. Un cas d’infection du cerveau vient également d’être décrit par des médecins français. Il existe également un risque qu’une femme enceinte contaminé transmette le virus au fœtus. Le virus peut alors être responsable de graves anomalies du développement de l’enfant.

Il n’existe pas à l’heure actuelle de traitement spécifique du virus. Le traitement va consister à atténuer la fièvre et les douleurs par la prise d’antalgiques. Les recherches pour développer un vaccin sont encore au stade expérimental.

La prévention est donc l’axe majeur de lutte contre le virus Zika. Dans les régions infectées, il est indispensable de se protéger contre les piqûres de moustiques : en portant des vêtements couvrants (pantalons et manches longues), en utilisant des moustiquaires et des produits répulsifs pour le corps et les vêtements. Ces recommandations sont particulièrement importantes chez les femmes enceintes. Les autorités sanitaires  mettent également en place des actions de lutte contre la prolifération des moustiques.

Le diagnostic de la maladie s’effectue grâce à une prise de sang ou un recueil d’urine dans votre laboratoire. Tout cas suspect doit associer la recherche de la dengue et du chikungunya à celle du virus Zika. Le test de référence consiste à rechercher la présence du virus dans le sang ou les urines dans les jours suivant la suspicion de contamination. Si ce 1er test est négatif, une sérologie pourra être envisagée mais un délai minimum de 15 jours entre la contamination et la sérologie est obligatoire.

Pour aller plus loin :

http://www.pasteur.fr/fr/institut-pasteur/presse/fiches-info/zika

http://www.who.int/mediacentre/factsheets/zika/fr/

http://www.lab-cerba.com/index.php/fr/vous-informer/actualites