Journée Mondiale du sang

Chaque année, le 14 juin, les pays du monde entier célèbre la Journée mondiale du don du sang afin de promouvoir et d’informer sur le don du sang. C’est également l’occasion de remercier tous les donneurs de sang qui prennent le temps de sauver des personnes par leur geste.

Cette année, la campagne a pour thème « le don de sang dans les situations d’urgence ». Le slogan est donc « que pouvez-vous faire ? ». Donner du sang. Donner maintenant. Donner souvent.

 

Pourquoi a-t-on besoin de donneurs de sang ?

Aujourd’hui, il n’existe aucun traitement ni médicament de synthèse capable de remplacer le sang humain. Les dons de sang sont donc indispensables et irremplaçables.

Qui a besoin de sang ?

Les patients souffrant de maladies chroniques comme certaines maladies du sang ou des cancers sont transfusés régulièrement. Les hémorragies lors d’un accouchement, d’accident, d’opérations chirurgicales nécessitent des transfusions souvent en urgence et en grandes quantités.

Quels sont les besoins ?

En France, il faut 10 000 dons de sang par jour pour satisfaire les besoins des malades.

Cependant, ces besoins augmentent chaque année d’1 à 3 % en raison de l’augmentation de l’espérance de vie, et des progrès de la médecine qui permettent d’aller toujours un peu plus loin dans la prise en charge des patients.

De plus, le sang a une durée de vie limitée et les besoins sont constants, parfois les stocks baissent dangereusement durant les congés.

Quelles sont les conditions pour donner ?

 Toute personne âgée de 18 à 70 ans, qui pèse plus de 50 kg et qui est reconnue apte suite à l’entretien prédon, peut donner son sang. Après 60 ans, le premier don est soumis à l’appréciation d’un médecin de l’Établissement Français du sang (EFS).

Quelles sont les contres-indications ?

Les contre-indications peuvent être liées à des actes de soin (soins dentaires par exemple), un état de santé ou des antécédents médicaux incompatibles avec un don, d'autres à des pratiques sexuelles ou encore liée des séjours à l’étranger (risque infectieux comme la paludisme par exemple). Si certaines contre-indications sont définitives, il faut savoir que 80 % des ajournements au don sont temporaires. Le candidat au don peut donc se présenter à nouveau après avoir respecté un certain délai.

Pour plus de renseignements sur les contre-indications, vous pouvez regarder le site :https://dondesang.efs.sante.fr/qui-peut-donner-les-contre-indications/tout-savoir-sur-les-contre-indications

Comment se passe un don ?

Les patients souffrant de maladies chroniques comme certaines maladies du Après avoir rempli un questionnaire, un médecin rencontre le donneur afin de vérifier qu’il n’y a aucun risque pour lui et pour le patient qui est amené à recevoir le sang.

Ensuite, il est relié à un appareil qui doucement va prélever du sang selon le poids, maximum 480 ml. Le don dure en général 8 à 10 minutes. Ensuite, le donneur doit prendre une collation et se réhydrater avant de pouvoir rentrer chez lui.
Pour les dons de plaquettes et de plasma, le don dure un peu plus longtemps, car le sang est prélevé, trié et seuls les plaquettes ou le plasma sont gardés, le reste est restitué au donneur.

 

Quelles sont les analyses effectuées sur mon sang ?

Une détermination du groupe sanguin est nécessaire. Les maladies infectieuses telles que le VIH et les hépatites B et C sont recherchées systématiquement, d'autres analyses peuvent être demandées par le médecin selon le contexte.

Que devient mon sang ?

Les différents composants du sang sont séparés afin de répondre au mieux au besoin des patients. On peut ainsi transfuser des globules rouges, des plaquettes ou du plasma selon les cas. De plus, le sang comprend de nombreuses protéines comme les immunoglobulines ou les facteurs de coagulation qui servent à la fabrication de médicaments.

Combien de fois peut-on donner ?

Les hommes peuvent donner jusqu’à 6 fois par an et les femmes jusqu’à 4 fois. Entre deux dons de sang, il faut respecter un délai de 8 semaines minimum.