Journée Mondiale de lutte contre le SIDA

Le 1er décembre 2016 est la journée mondiale de lutte contre le SIDA. Il s'agit d'une journée internationale consacrée à la sensibilisation à la pandémie du VIH / SIDA. Elle se déroule tous les 1er décembre depuis 1988, année où elle a été créée par l’Organisation Mondiale de la Santé, soutenue par l’Organisation des Nations Unies.

En 2016, le programme ONUSIDA a publié un rapport préoccupant. Ce rapport montre que si des progrès notables ont été réalisés pour endiguer les nouvelles infections chez les enfants (baisse de 70% depuis 2001), la tendance est mauvaise chez les adultes où au contraire le recul stagne. Ce rapport pointe également du doigt les inégalités des populations face aux moyens de prévention.

A travers le monde et depuis 5 ans, environ 1.9 millions de personnes sont ainsi infectés chaque année. Les cas de nouvelles infections ont même tendance à augmenter dans certaines régions du globe. C’est le cas par exemple au Moyen Orient ou au Nord de l’Afrique.

L’urgence est donc à l’intensification de la prévention. En effet, l’objectif de l’ONUSIDA est clair : mettre fin à la pandémie d’ici 2030. Cette prévention passe entre autre par la valorisation d’évènements tels que la journée mondiale de lutte contre le SIDA et la mise en place conjointe de campagnes de sensibilisation.

La campagne « Levons la main pour #préventionVIH » cible particulièrement certains groupes de personnes, comme les adolescentes et les jeunes femmes, les populations à risque et les personnes vivant avec le virus. Elle traite différents aspects de la prévention du VIH, comme les préservatifs, la réduction des risques, la prise de traitement préventif PrEP, la circoncision médicale volontaire, la prévention de la transmission mère-enfant du VIH, le dépistage et aussi la suppression de la charge virale.

En France, la 29e journée mondiale de lutte contre le sida s'inscrit évidemment dans cette stratégie mondiale qui a pour objectif de mettre fin à l'épidémie de sida en tant que menace pour la santé publique d'ici à 2030, en permettant à tous de vivre en bonne santé et en veillant à promouvoir le bien-être de tous à tout âge. Un des axes développé cette année est la prévention à l’école, en association avec le ministère de l’Education nationale.

L'école a en effet, dans le cadre de ses missions éducatives, un rôle essentiel auprès des élèves dans la promotion de la santé et le développement de comportements responsables. Au sein des collèges et des lycées, des actions d'information et de prévention sur le VIH et les infections sexuellement transmissibles (IST) permettent de promouvoir le dépistage précoce, d'informer sur l'accès au système de soins mais aussi de lutter contre la stigmatisation et la discrimination.

Où se faire dépister ?

Les dépistages par prise de sang peuvent s’effectuer dans vos laboratoires de Biologie médicale, à l’hôpital ou dans les centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (les CeGIDD). Les tests sanguins de référence y sont réalisés, détectant une possible infection 6 semaines après un comportement à risque.

Au sein de vos laboratoires de Biologie médicale Cerballiance vous trouverez une équipe médicale à votre écoute. Le biologiste médical, médecin ou pharmacien, pourra ainsi vous conseiller.

Il est recommandé de consulter un médecin avant de vous faire dépister au laboratoire. Les dépistages seront ainsi pris en charge par l’Assurance Maladie et le médecin pourra adapter la prescription à votre situation.

Certains centres spécialisés ou associations disposent quant à eux de tests rapides. Des tests rapides payants et à faire soi-même sont également disponibles en Pharmacie. Ces tests sont fiables pour un dépistage 3 mois après un comportement à risque mais ne constituent pas un diagnostic biologique et doivent être confirmés par une prise de sang au laboratoire an cas de résultats douteux ou positifs.