Streptocoque B et grossesse

Le Streptocoque B est une bactérie qui peut se trouver dans le vagin de certaines femmes sans provoquer de symptômes.

Cette bactérie est cependant dangereuse pour la femme enceinte et son bébé, chez qui elle est responsable d’infections graves à la suite de l’accouchement. Elle est donc recherchée en fin de grossesse. Le dépistage est réalisé par un prélèvement vaginal entre 34 et 38 semaines d’aménorrhée.

Si la recherche est positive, un traitement antibiotique est administré à la maman pendant l’accouchement. Ce traitement permet de limiter les risques d’infection et de transmission de la bactérie au nouveau-né.

Le streptocoque B : qu’est-ce que c’est ?

Le streptocoque B ou Streptocoque du groupe B peut aussi être appelé par son nom latin : Streptococcus agalactiae.

Il s’agit d’une bactérie qui peut se trouver chez l’homme ou la femme, dans le tube digestif ou le vagin. Le plus souvent, sa présence est sans conséquence. Ainsi, la bactérie peut être retrouvée chez certaines femmes lors d’un prélèvement au niveau du vagin, sans provoquer de symptômes : on dit alors qu’elle colonise le vagin.

En dehors de la grossesse, le streptocoque B peut aussi parfois être responsable d’infections bénignes qui seront facilement traitées avec des antibiotiques classiques.

Chez la femme enceinte et le nouveau-né, la bactérie peut provoquer des infections graves dans les jours ou les mois qui suivent la naissance. Elle est la cause la plus fréquente des infections graves du nouveau-né.

Pourquoi dépister le Streptocoque B ?

Le Streptocoque B est retrouvé au niveau vaginal chez environ 10 à 25 % des femmes au cours de leur grossesse.

Cependant, le Streptocoque B peut provoquer des infections redoutables chez le nouveau-né ou la maman au moment de l’accouchement. Si la mère est colonisée et si aucun traitement préventif n’est réalisé, l’enfant a une chance sur deux de se contaminer et environ 1 à 2 % des nouveau-nés développeront une infection.

Le dépistage, s’il est positif, permet de mettre en place un traitement au moment de l’accouchement pour limiter le risque d’infection.

Aucun vaccin n’est aujourd’hui disponible contre les infections à streptocoques B. Il n’existe pas non plus de moyen de prévention pour éviter d’être porteur de cette bactérie.

Quelles sont les conséquences de l’infection ?

Pour le bébé :

Le Streptocoque B peut infecter le bébé très rapidement après la naissance, dans la première semaine de vie et en général dans les premières 24 heures. L’infection se traduit le plus souvent par une septicémie (infection générale de l’organisme) et une détresse respiratoire (incapacité des poumons à fonctionner correctement). Quelquefois, ces symptômes sont associés à une inflammation des membranes qui enveloppent le cerveau (méningite).

 

Parfois l’infection est plus tardive. Elle survient après la première semaine de vie et le plus souvent avant le deuxième mois. Elle se traduit en général par une méningite accompagnée de fièvre.

 

Pour la maman :

Chez la maman après l’accouchement, l’infection peut être responsable d’une infection urinaire, d’une endométrite (infection de la paroi interne de l’utérus), d’une septicémie ou d'une chorio-amniotite (infection des tissus placentaires et du liquide amniotique).

Comment le bébé se contamine-t-il ?

La transmission de la bactérie de la mère à l’enfant se fait essentiellement au cours de l’accouchement :

  • au moment du passage du bébé au niveau du vagin, par inhalation ou ingestion des sécrétions vaginales colonisées par le streptocoque B ;
  • en cas de rupture de la poche des eaux, par inhalation ou ingestion de liquide amniotique contaminé.

La transmission peut aussi se faire après la naissance, par contact direct avec une personne colonisée si les conditions d’hygiène sont mauvaises (lavage des mains insuffisant).

Si le Streptocoque B est présent chez la maman au moment de l’accouchement, la bactérie pourra contaminer l’enfant dans un cas sur deux.

L’allaitement n’est pas contre-indiqué si la mère est porteuse du Streptocoque B.

Suis-je porteuse du Streptocoque B ?

Chez la femme enceinte, il est recommandé d’effectuer un dépistage systématique du portage du Streptocoque B au cours du dernier mois de grossesse, idéalement entre 34 et 38 semaines d’aménorrhée.

Ce dépistage est effectué par un prélèvement vaginal à l’aide d’un écouvillon (sorte de coton-tige). Cet examen est simple et indolore. L’écouvillon est ensuite mis en culture pour rechercher la bactérie.

Dans certaines situations, le risque d’infection pour la maman et pour le bébé est élevé et le dépistage n'est pas nécessaire :

  • en cas d’antécédent d’infection à Streptocoque B lors d’une précédente grossesse ;
  • si le Streptocoque B a été retrouvé dans les urines de la maman pendant la grossesse ;
  • si le Streptocoque B a été retrouvé dans un prélèvement vaginal pendant la grossesse.

Comment éviter l’infection par le Streptocoque B ?

Pour prévenir les risques d’infection, un traitement antibiotique est administré à la maman en perfusion intraveineuse au cours de l’accouchement (on parle d’antibioprophylaxie). Ce traitement antibiotique diminue effectivement de 80% le risque d’infection pour le bébé et la maman.

Ce traitement n'est effectué que dans les situations à risque élevé d’infection pour la maman et le bébé après l’accouchement :

  • en cas de dépistage positif sur le prélèvement vaginal de fin de grossesse ;
  • en cas d’antécédent d’infection à Streptocoque B lors d’une précédente grossesse ;
  • si le Streptocoque B a été retrouvé dans les urines de la maman pendant la grossesse ;
  • si le Streptocoque B a été retrouvé dans un prélèvement vaginal pendant la grossesse ;
  • en cas d’accouchement avant 37 semaines d’aménorrhée ;
  • en cas de fièvre pendant l’accouchement ;
  • en cas de rupture de la poche des eaux de plus de 18h.

Si vous pensez être allergique à un antibiotique, vous devez le signaler à votre médecin. Cela permettra d’adapter le traitement antibiotique en fonction de vos allergies connues.

Si la bactérie a été isolée dans les urines ou le vagin de la maman en début de grossesse, le traitement n’est pas recommandé dans l’immédiat, sauf en cas de symptômes gênants (démangeaisons, pertes vaginales abondantes). En effet, un traitement en cours de grossesse n’empêche pas la bactérie d’être présente au moment de l’accouchement.

Si le dépistage n’a pas été effectué, le traitement antibiotique ne sera administré que dans les autres situations à risque élevé d’infection pour la maman et pour le bébé.

Enfin, si malgré les mesures de prévention (antibioprophylaxie), une infection survenait, un traitement antibiotique sera administré au bébé ou à la maman selon le cas.

Actualités

JOURNÉE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LA DRÉPANOCYTOSE:
19 JUIN 2019

19/06/2019

4ème priorité de santé publique dans le monde pour l’OMS après le cancer, le sida et le paludisme, la drépanocytose est la maladie génétique la plus fréquente dans le monde.

JOURNÉE MONDIALE DE LA SCLÉROSE EN PLAQUE (SEP) : 30 MAI 2019

30/05/2019

La SEP est une maladie inflammatoire du système nerveux central. Elle touche 2,3 millions d'individus dans le monde entier, principalement les femmes entre 20 et 40 ans.