CMV et grossesse

CytoMégaloVirus, ou CMV, est le virus qui cause le plus grand nombre d’infections transmises de la mère à son futur bébé.

La contamination se fait par contact avec la salive, les urines et les sécrétions nasales.

Environ la moitié de la population est porteur de ce virus. Les femmes les plus exposées (à risques) sont les femmes non immunisées qui vivent au contact de jeunes enfants.

L’infection passe le plus souvent inaperçue, ou peut se présenter sous formes de signes pseudo-grippaux. Si des symptômes évocateurs surviennent au cours d’une grossesse, une sérologie CMV est alors réalisée pour rechercher les anticorps.

En cas d'infection récente pendant la grossesse, une amniocentèse peut être effectuée afin de déterminer si le fœtus a été contaminé. A la suite d'une primo-infection maternelle, le taux de transmission au fœtus est de 30 à 40%.

Le respect des mesures d’hygiène permet de prévenir le risque de contamination par le CMV pendant la grossesse.

Qu’est-ce que le CMV ?

CMV : trois lettres pour un virus qui inquiète de nombreuses mamans pendant la grossesse.

Le CytoMégaloVirus (CMV) est un virus strictement humain, c'est-à-dire observé uniquement chez l’homme.

Il est responsable d’une maladie généralement asymptomatique (dans 90% des cas) ou pouvant se présenter sous forme de symptômes ressemblant fortement à ceux d’une grippe, sauf chez les patients immunodéprimés et chez le fœtus.

C’est la plus fréquente des infections materno-fœtales c'est-à-dire transmise de la maman au bébé.

Les femmes les plus exposées sont les femmes enceintes séronégatives (non protégées) au contact de très jeunes enfants fréquentant des collectivités (crèches….).

 

Ce qu’il faut retenir :

  • Le CMV est le virus le plus fréquemment impliqué dans les infections materno-fœtales dans les pays développés.
  • 50-60% des femmes en âge de procréer ont déjà été en contact avec le CMV. Elles sont immunisées, mais cette immunité n’empêche pas une infection secondaire (réactivation ou réinfection), elle n’est pas protectrice.
  • 0.5-2% des femmes enceintes contractent le virus en cours de grossesse : primo-infection (3600/an en France).
  • 30-50% de ces femmes transmettront le virus à leur enfant.
  • Les femmes le plus exposées sont les femmes enceintes séronégatives au contact de très jeunes enfants fréquentant des collectivités.
  • A l’heure actuelle, il est démontré que le respect des mesures d’hygiène diminue le risque d’infection maternelle et donc le risque de séquelles congénitales.

Comment se contracte le CMV ?

En France, une femme enceinte sur deux n'est pas immunisée et risque de contracter le cytomégalovirus pour la première fois pendant la grossesse et de se contaminer.

Le CMV est présent dans la salive, les urines, les sécrétions nasales, les larmes. Il peut se transmettre facilement entre les enfants, par contact direct ou via les jouets, cuillères, tétines etc…c’est pour cela qu’une maman enceinte peut se contaminer en embrassant sur la bouche son enfant qui fréquente la crèche ou l’école.

Ce virus est également présent dans les sécrétions génitales, et peut se transmettre lors des rapports sexuels.

Le CMV est-il dangereux pendant la grossesse ?

Si une femme enceinte contracte le virus pour la première fois pendant sa grossesse, l’infection peut s’avérer dangereuse pour son bébé. Il existe aussi un risque lorsqu’il s’agit d’une réinfection ou d’une réactivation chez une femme qui est déjà immunisée.

Rassurez-vous, si vous contractez le CMV, votre bébé ne sera pas forcément atteint à son tour.

Dans 40% des cas seulement, le fœtus est contaminé : on parle alors d’infection congénitale à CMV (environ 1500 cas par an).

Parmi ces enfants contaminés, la majorité (80%) ne présentera aucun symptôme,10% feront une infection prénatale sévère (microcéphalie, hydrocéphalie, calcifications intracrâniennes) et 10% seront en apparence sains à la naissance mais présenteront plus tard des séquelles neurosensorielles (surdité notamment).

Le risque fœtal (pour le bébé) est majeur en début de grossesse, c'est-à-dire que plus l’infection a eu lieu tôt durant la grossesse, plus ces séquelles sont potentiellement graves.

Quand faire le dépistage ?

 

Le dépistage systématique, c'est-à-dire la recherche de l’infection à CMV pendant la grossesse, n’est actuellement pas recommandé dans la plupart des pays européens (dont la France). Seules des mesures d’hygiène peuvent être proposées pour diminuer le risque de contracter une infection à CMV pendant la grossesse.

Le diagnostic de l’infection maternelle est uniquement effectué en cas :

  • de symptômes maternels tels que : fièvre, grosse fatigue, douleurs articulaires, malaise etc... ;
  • d'infection à CMV dans l’entourage de la femme enceinte ;
  • en présence d’anomalies échographiques évocatrices.

En pratique courante, le diagnostic sérologique détecte la présence d'anticorps de type IgG et IgM dans le sang.

Que faire si le résultat est positif ?

Si la prise de sang montre une infection à CMV récente (présence d’IgM), une amniocentèse peut être réalisée :

  • Si le CMV n’est pas détecté dans le liquide amniotique, la maman peut être rassurée.
  • Si le virus est détecté, la maman sera étroitement suivie par une équipe de médecine fœtale, des échographies mensuelles seront alors réalisées pour détecter d’éventuelles anomalies cérébrales.

Si les échographies ne révèlent pas d'anomalies, la grossesse sera poursuivie normalement. Dans le cas contraire, une interruption médicale de grossesse pourra être envisagée, la décision revenant évidemment aux parents.

Comment peut-on éviter le CMV ?

A l’heure actuelle, il n’existe aucun vaccin qui permette de prévenir l’infection chez la femme enceinte. Il est donc primordial que les femmes en âge de procréer bénéficient d’une information sur le CMV et en particulier sur les mesures de prévention de cette infection.

Dans l’attente d’un traitement, ou mieux encore, d’un vaccin, la meilleure prévention reste l’hygiène.

  • Lavez-vous les mains fréquemment, et surtout après avoir changé les couches ou mouché un enfant.
  • Si possible, portez des gants pour changer votre enfant.
  • Evitez tout contact avec la salive : n’embrassez pas votre enfant sur la bouche, évitez de boire ou de manger avec les ustensiles de votre enfant (évitez de gouter à la compote de bébé avec sa petite cuillère).

Actualités

JOURNÉE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LA DRÉPANOCYTOSE:
19 JUIN 2019

19/06/2019

4ème priorité de santé publique dans le monde pour l’OMS après le cancer, le sida et le paludisme, la drépanocytose est la maladie génétique la plus fréquente dans le monde.

JOURNÉE MONDIALE DE LA SCLÉROSE EN PLAQUE (SEP) : 30 MAI 2019

30/05/2019

La SEP est une maladie inflammatoire du système nerveux central. Elle touche 2,3 millions d'individus dans le monde entier, principalement les femmes entre 20 et 40 ans.