Ménopause

Par l'arrêt définitif de la production d'estrogènes et de progestérone au niveau ovarien, le diagnostic de la ménopause se fait principalement sur la disparition des règles sur une période consécutive de 12 mois, le plus souvent en relation avec différents signes physiques et psychiques pouvant parfois être très gênants dans la vie quotidienne de la femme.

La ménopause présente également des risques à long terme, comme des risques osseux et cardiovasculaires.

En l'absence de contre-indication, un traitement hormonal peut éventuellement être instauré, sur une période courte, afin de limiter ces troubles.

L'instauration du traitement s'accompagne toujours d'une information claire et adaptée sur les risques associés à ce traitement.

La ménopause : c'est quoi ?

La ménopause est un phénomène naturel chez la femme qui apparait entre 45 et 55 ans, le plus souvent vers 50 ans, correspondant à l'arrêt des règles (aménorrhée) pendant 12 mois consécutifs.

Cela est dû à l'arrêt de la production hormonale d’œstrogènes et de progestérone par les ovaires.

La préménopause débute environ 5 ans auparavant avec une irrégularité des cycles menstruels et l’apparition de signes "gênants".

La ménopause est dite "précoce" quand elle survient avant 40 ans, avec une absence de règles de plus de 4 mois. Les raisons sont méconnues dans 80 à 90% des cas

La ménopause : les différents signes

Au cours de la ménopause, les femmes se plaignent de troubles plus ou moins gênants, imprévisibles et fluctuants d'un mois à l'autre, liés aux changements hormonaux. En général, la fréquence et la sévérité de ces troubles diminuent avec le temps :

  • bouffées de chaleur
  • sueurs nocturnes
  • sécheresse vaginale avec rapport sexuels douloureux (dyspareunies)
  • baisse de la libido
  • troubles urinaires
  • prise de poids
  • troubles de l'humeur comme irritabilité, anxiété, manque de concentration et d'énergie
  • troubles du sommeil
  • perte de l’élasticité de la peau, ongles et cheveux secs et cassants

Les risques à long terme de la ménopause

Les principaux risques sont:

  • risque osseux : ostéoporose (perte osseuse) pouvant entraîner des fractures
  • risque cardiovasculaire (accident vasculaire cérébral, infarctus)

Une prise de sang pour confirmer la ménopause ?

Le diagnostic de la ménopause se fait principalement sur l'âge et les signes cliniques (bouffées de chaleur, etc...).

Les dosages hormonaux de FSH et d’œstradiol peuvent être prescrits dans certains cas:

- chez la femme à qui on a enlevé l'utérus (hystérectomie) et qui n'a donc plus de règles mais possédant toujours ses ovaires.

Cependant, dans ce cas également, le diagnostic de la ménopause se fait principalement sur l'apparition des signes accompagnant la ménopause et la disparitions des signes "prémenstruels" (précédant les règles) comme les seins tendus.

- chez la femme de moins de 40 ans ayant une aménorrhée, et toujours en association avec d'autres dosages hormonaux afin d'éliminer une autre cause que la ménopause précoce, notamment : ßHCG (grossesse), prolactine (adénome hypophysaire), hormones thyroïdiennes (insuffisance thyroïdienne).

En cas de ménopause, la FSH est élevée et l'œstradiol est effondré

Surveillance biologique de la ménopause

En plus d'un interrogatoire et d'un examen clinique, les femmes doivent bénéficier d’un bilan sanguin régulier avec dosage sanguin de la glycémie (taux de sucre), du cholestérol et des triglycérides (graisses) afin de dépister un diabète et une dyslipidémie, qui sont des facteurs de risques cardiovasculaires.

remarque: Mammographie et frottis cervico-vaginal de dépistage sont également conseillés périodiquement.

Quels sont les traitements de la ménopause ?

  • Les règles hygiéno-diététiques : bonne hygiène alimentaire, arrêt tabac/alcool, activité physique régulière, apport suffisant en calcium et vitamine D.
  • Les traitements non-hormonaux comme les hydratants/lubrifiants vaginaux
  • Les traitements hormonaux (à base d’œstrogènes et de progestérone)

Les traitements hormonaux de la ménopause (THM) sont indiqués quand :

  • les troubles sont très gênants et altèrent la qualité de vie de la femme
  • en prévention de l'ostéoporose lorsqu'il existe des risques importants de fracture avec une intolérance ou contre-indication aux autres traitements préventifs de l'ostéoporose





Risques des traitements hormonaux de la ménopause

Les risques associés aux traitements hormonaux de la ménopause (THM) sont :

  • cancer du sein
  • cancer de l'endomètre (muqueuse de l'utérus)
  • cancer de l'ovaire
  • risque cardiovasculaire (accident vasculaire cérébral, infarctus)
  • formation de caillots dans les veines (maladie thromboembolique comme embolie pulmonaire et phlébites)
  • apparitions de problèmes gynécologiques (fibromes, saignements)

En raison de ces risques, Il est recommandé de les utiliser à dose minimale et pour une durée la plus courte possible, toujours en évaluant de manière individuelle le rapport bénéfice/risque.

Le suivi des THM se fait par des consultations médicales régulières afin de réévaluer l'intérêt ou non de leur maintien.

Actualités

JOURNÉE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LA DRÉPANOCYTOSE:
19 JUIN 2019

19/06/2019

4ème priorité de santé publique dans le monde pour l’OMS après le cancer, le sida et le paludisme, la drépanocytose est la maladie génétique la plus fréquente dans le monde.

JOURNÉE MONDIALE DE LA SCLÉROSE EN PLAQUE (SEP) : 30 MAI 2019

30/05/2019

La SEP est une maladie inflammatoire du système nerveux central. Elle touche 2,3 millions d'individus dans le monde entier, principalement les femmes entre 20 et 40 ans.