Papillomavirus humain

Virus HPV

La plupart des hommes et femmes ayant une activité sexuelle sont susceptibles d’être infectés par un papillomavirus au cours de leur vie. Si la plupart des infections sont bénignes, on estime que la quasi-totalité des cancers du col de l’utérus sont dus au papillomavirus humain (HPV).

Il n’existe pas de test sanguin permettant son dépistage. C'est pourquoi il est recommandé de réaliser un frottis cervico-vaginal tous les 3 ans chez la femme. Pour les jeunes filles, des vaccins existent pour s’en prémunir.

En 2012, plus de 440.000 cas de cancers du col de l’utérus ont été diagnostiqués dans le monde. En France, en 2012, on estime que plus de 3.000 nouveaux cas et à plus de 1.100 le nombre de décès lié au cancer du col de l’utérus.

Le papillomavirus humain (HPV) est la principale cause d’infection sexuellement transmissible (IST) d’origine virale et regroupe plus de 150 types. Si certains sont responsables d’infections bénignes, d’autres types sont responsables de cancer du col de l’utérus.

Le papillomavirus : qu’est-ce que c’est ?

Le papillomavirus humain (HPV) est un virus à ADN appartenant à la famille des Papillomaviridae qui regroupe plus de 150 types. Si la plupart des infections au HPV sont asymptomatiques, certains provoquent des lésions de la peau et des muqueuses.

Les papillomavirus à faible risque oncogène sont responsables de condylomes. C'est le cas des types HPV-6 et HPV-11 qui sont responsables de 80% des condylomes.

Les papillomavirus à haut risque oncogène sont responsables du cancer du col de l’utérus ou de lésions précancéreuses, de cancer anal, vaginal ou de la vulve.

Le virus HPV est responsable de 99% des cancers du col de l’utérus. Les types HPV-16 et HPV-18 sont à eux seuls responsables de 70% des cancers du col l’utérus.

Mode de transmission des papillomavirus

Transmission directe

La transmission se fait essentiellement par contact sexuel, même sans pénétration. Le contact peau à peau des organes sexuels peut suffire à contaminer le partenaire. Le virus HPV est très contagieux.

Le risque de contamination est maximal au début de l’activité sexuel chez l’homme ou la femme.

Les facteurs de risque sont les suivant :

  • Age des premiers rapports sexuels,
  • Nombre de partenaires sexuels,
  • Association à d’autres IST,
  • Immunodépression,
  • Tabagisme,

Les virus HPV à faible risque oncogène peuvent coexister avec ceux à haut risque oncogène.

Transmission indirecte

Du fait de sa grande résistance aux conditions environnementales, le papillomavirus peut résister dans l’eau, des serviettes de toilettes, bains, saunas…

Symptômes des infections à papillomavirus

Le virus HPV est responsable d’infections le plus souvent bénignes et asymptomatiques.

Selon le type, les lésions associées sont diverses : condylomes, verrues cutanées, papillomatose orale ou cancers du col de l’utérus, anal, vaginal ou de la vulve pour les types à haut risque oncogène.

Le virus peut provoquer des lésions qui apparaissent quelques mois après contamination mais dans certains cas, les manifestations peuvent survenir des mois voire des années après, on parle de latence. Le virus est présent mais sommeille.

Condylomes

Les condylomes sont de petites lésions des muqueuses qui peuvent prendre plusieurs aspects :

  • Les condylomes acuminés : prennent l’aspect de petites verrues ou d’excroissances en forme de chou-fleur, plus familièrement appelées « crêtes de coq » et de couleur rosée. Les lésions peuvent être isolées ou regroupées sur une même ou plusieurs localisations.
  • Les condylomes papuleux : prennent l’aspect de petites saillies fermes (papules) de couleur peau ou rosées, isolées ou confluentes.
  • Les condylomes plans : prennent l’aspect de taches planes (macules) de couleur rouge ou peau. Ils ne sont donc pas toujours visibles.

Ils sont localisés au niveau génital ou anal et sont le plus souvent indolores. Ils peuvent être internes ou externes. Selon les pratiques sexuelles, il est possible que les condylomes soient localisés au niveau de la bouche.

Les lésions peuvent régresser mais souvent leur nombre et leur taille tend à augmenter.

Cancers du col de l’utérus

Dans le cas des types HPV-16 et HPV-18, responsables du cancer du col de l’utérus, les symptômes sont directement liés aux lésions précancéreuses à un stade avancé et se manifestent par :

  • Saignements vaginaux anormaux : en dehors des règles ou lors des rapports sexuels,
  • Douleurs dorsales, dans la jambe ou au niveau du bassin,
  • Perte d’appétit et perte de poids,
  • Fatigue.

L’évolution du cancer se fait sur 15 à 20 ans.

Papillomavirus et grossesse

La transmission in-utéro est peu fréquente mais existe.

Au cours de l’accouchement, le risque de transmission est plus important pour les jeunes femmes présentant des lésions types condylomes acuminés, mais n’est pas obligatoire.

Le virus HPV contamine le plus souvent les tissus respiratoires mais des lésions anales ou génitales sont possibles.

Diagnostic biologique d'une infection à HPV

Il n’existe pas de diagnostic par prise de sang.

Condylome

Le diagnostic de condylome repose sur l’examen clinique du patient. L’aspect des lésions permettant de confirmer le diagnostic.

Cancer du col de l’utérus

La recherche de papillomavirus se fait à partir du frottis cervico-vaginal (FCV).

C’est l’ADN du virus qui est recherché pour les génotypes responsables de cancer du col de l’utérus.

Le dépistage est pris en charge par la sécurité sociale pour les frottis présentant des anomalies cellulaires douteuses, on parle de frottis ASC-US.

Traitement des infections à papillomavirus

Condylome

Selon la taille et la localisation du condylome, différents traitements peuvent être envisagés.

Pour un condylome de petite taille, une crème à usage locale suffit. Pour les condylomes plus importants, il est possible d’avoir recours à la cryothérapie, l’électrocoagulation, le laser ou la chirurgie.

Dans tous les cas, une disparition du condylome n’exclut pas une récidive car le virus reste présent. Seule la lésion est traitée.

Le partenaire devra être examiné et traité le cas échéant.

Cancer du col de l’utérus

Le traitement est fonction de l’étendue du cancer.

La tumeur peut se limiter au col de l’utérus ou diffuser aux organes voisins (vagin, vessie…) ou distants.

En dehors d'une simple surveillance, le traitement repose par ordre croissant d’étendu de la tumeur sur la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie.

Un traitement précoce permet de prévenir 80% des cancers du col de l’utérus.

Prévention des infections à papillomavirus

Deux vaccins existent en France.

L’un est bivalent, c’est-à-dire qu’il protège contre deux types : HPV-16 et HPV-18 à haut risque oncogène. L’autre est quadrivalent et permet de se protéger contre quatre types : HPV-6, HPV-11 responsables de condylomes et les types HPV-16 et HPV-18.

Condylomes

L’usage du préservatif permet de protéger le partenaire. Il faut cependant garder à l’esprit qu’un contact des organes sexuels peut suffire à contaminer le partenaire même en l’absence de pénétration.

Cancer du col du l’utérus

La vaccination permet de se prémunir des risques d’infection par HPV-16 et HPV-18. La vaccination doit se faire chez les jeunes filles entre 11 et 14 ans avant le début de l’activité sexuelle.

A partir de 25 ans, il est recommandé de réaliser un frottis cervico-vaginal tous les 3 ans.

En 2012, dans le monde, 270.000 femmes sont décédées d’un cancer du col de l’utérus et 445.000 nouveaux cas ont été recensés.

Actualités

JOURNÉE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LA DRÉPANOCYTOSE:
19 JUIN 2019

19/06/2019

4ème priorité de santé publique dans le monde pour l’OMS après le cancer, le sida et le paludisme, la drépanocytose est la maladie génétique la plus fréquente dans le monde.

JOURNÉE MONDIALE DE LA SCLÉROSE EN PLAQUE (SEP) : 30 MAI 2019

30/05/2019

La SEP est une maladie inflammatoire du système nerveux central. Elle touche 2,3 millions d'individus dans le monde entier, principalement les femmes entre 20 et 40 ans.